Au moins, dans la mythologie scandinave et germanique, c'est clair : le Monde où nous vivons cessera d'être au cours du Ragnarök. C'est rudement bien, quand même, les divinités qui savent où on va ! Je parle ici des Nornes : trois affreuses sorcières que même les autres dieux redoutent... Car elles connaissent les secrets de l'avenir.

La gravure ci-dessous les assimile très visiblement aux Moires grecques ou Parques latines (qui filent le destin des humains). Elles ne sont pourtant pas leurs équivalentes, bien qu'il soit difficile de nier absolument et a priori une parenté mythologique. On peut imaginer, en effet, qu'un trio divin (ou une unique ancêtre mythologique pour les deux fois trois) aie existé dans l'imaginaire d'un très lointain peuple indo-européen, bien avant les grecs et les vickings ! Mais tout cela est complètement hors de mon sujet du jour...

Les Nornes, qui sont de bien aimables dames, ont eu la gentillesse de permettre la prédiction du Ragnarök. D'un point de vue pratique, ça sert à quoi ? On n'empêchera rien... Ni nous, ni les dieux. C'est comme la météo : quand la photo satellite monte une zone méga-dépressionnaire avec en plus des masses d'air très humide à températures très différentes, il serait illusoire de s'attendre à du soleil. Le mieux qu'on puisse faire, c'est se préparer. Et c'est ce que font les dieux Ases et les héros dans le palais d'Asgard.

Ragnarok

Asgard, c'est un des NEUF mondes qui existent dans l'arbre Yggdrasill (voir vignette). Les Nornes en occupent un autre (un des trois qui se trouvent dans les racines). Il en reste donc encore sept, me direz-vous ?

Hé oui... Sept... Dont le nôtre : Midgard. Mais pas de jaloux ! Tout sera détruit en même temps.

La seule chose qui subsistera sera le tronc d'Yggdrasill... La seule chose ? Pas vraiment...

Je vous aurais bien recopié un bout de texte, mais j'ai la flemme et puis le morceau le plus intéressant, celui qui concerne le nouveau monde qui "repoussera" après la destruction, n'est traité dans mon livre qu'à l'état de résumé...

Le Ragnaok est tout sauf une bataille rangée bien organisée. Ca a l'air simple, comme ça... Mais dans cet afffrontement d'entités surpuissantes, il y a des créatures qui n'étaient peut-être pas parties au départ pour intervenir qui le font. Je pense ici au "Serpent de Midgard", rendu fou de rage et dévorant tout.

Autre défaut du livre que j'ai sous la main : s'il est très précis concernant les dates des objets présentés en illustration, il l'est moins à propos des sources des extraits de textes. Mais les textes qu'on a concernant la mythologie vicking sont tous tardifs ! On ne peut donc pas exclure une contamination par le christianisme. Cependant, on retrouve l'idée du serpent cosmique intimement lié à la Fin du Monde dans la mythologie védique (et là y'a pas photo!).

Yggdrasil est un pilier cosmique... OK. Un univers bâti autours d'un axe c'est pas plus con qu'un univers bâti autour d'un point central, après tout ! UNIVERS ai-je dit : à bien distinguer de MONDE.

C'est très important. Ce sont deux notions cosmogoniques différentes. Le monde, en terme de cosmogonie ne désigne que ce qui serait, en termes scientifiques, une planète. De préférence une planète habitée bien entendu...

Dans de nombreuses cosmogonies, il y a cohabitation de plusieurs  mondes, pas forcément reliés entre eux. Ici, il y en a neuf et ils sont très élégamment disposés sur les branches et les racines d'un arbres. Avec en prime un écureil qui fait des cabrioles dans l'arbre et va du dragon tapis dans les racines à l'aigle installé dans les branches; Quelle ménagerie ! Mais le pire, ce sont les habitants des neuf mondes... Si seulement ils pouvaient rester dans leurs mondes respectifs ? Mais non !!! Ils trouvent toujours moyen d'entrer en contact les uns avec les autres ! Et ça ne donne pas que des effets positifs. Mais bon... Y'aurait aucune légende à raconter s'ils ne la faisaient jamais.

Grosso-modo ,la Ragnarök, c'est un combat entre les dieux Ases et Vanes d'un côté et les géants de glace et leurs alliés de l'autre.

Les Vanes sont des divinités assez faciles à définir : leur univers est celui de la Fertilité. Une sphère d'action indispensable à la bonne marce du Monde où nous vivons, du moins tel que nous le connaissons !

Les Ases sont moins faciles à cerner... Ce sont des entités combattantes qui s'adjoignent les services des guerriers morts au combat. La meilleure façon de ls définir qui me vienne serait "le feu de la vie" (pour ceux qui connaissent les "Compagnons du Crépuscule" de Bourgeon = on peut rapprocher de la Force Rouge... Les Vanes seraient alors la Blanche)

Les Géants de Glace... Bien que leur monde soit distinct de celui des morts, il me semble pourtant que c'est à cela qu'on peut les rattacher. Mais  pas la mort des héros (qui conduit à Asgard) : la mort ordinaire, qui terifiait les vickings. Dans une encyclopédie des mythes et légendes, j'ai trouvé mention d'un rite consistant à couper les ongles des morts (ben quoi?) pour que les géants de glace ne s'en servent pas pour bâtir leurs navires de guerre (wouah!!!). Très tardivement, Ansersen écrira la "Reine des Neiges". Dans ce récit, la reine blanche est inquiétante, mais fascinante aussi. Cependant son royaume a toutes les allures d'être celui de la Mort. Est-ce une tradition ancienne ?

Je n'irais pas jusqu'à dire qu'on revient au point de départ... J'ignore totalement d'où est sorti Yggdrasil. Pour moi, la cosmogonie vicking commence avec un univers gelé, une vache et un bloc de sel. En un sens... Oui, on revient un peu au départ : les géants de glace veulent reconquérir ce qui n'est plus à eux, peut-être ? Mais (voir vignette!) au lieu d'une vache et d'un bloc de sel, on va se retrouver avec un homme et une femme cachés dans le tronc de l'arbre.

Ne soyons pas antropocentristes... Un principe mâle et un principe femelle à l'abri au coeur du pilier cosmique. Ca vous ira, comme base de départ pour reconstruire un monde tout neuf à partir de (presque) rien ?