A présent, dit-on à voix basse et en évitant de la regarder, elle ressemble aux spectres de la zone irradiée près de l'ancien astroport.

Quand on le dit un peu trop fort, on s'expose à entendre des théories qui peuvent aller de la malédiction d'un objet sorcier d'une planète primitive à une exposition malencontreuse aux radiations lors d'une sortie en navette.

 Texte-Suolacin

Mais Oriane n'est presque jamais sortie de la bulle terraformée, et la magie n'existe pas. Elle voudrait revoir ses chevaux, que Lycaon lui interdit d'aller soigner elle-même, de peur qu'elle croise Sualocin en y allant. Lui aussi aime ces animaux qui ne servent qu'à l'amusement des nobles et à l'ornement de la cité, et comme il compte bien les faire aimer à son fils, il a commencé très tôt à l'emmener les voir.

Isida s'en attendrit et brode des chevaux sur la couverture de son petit garçon et sur la veste de pilotage de son époux.

La guerre galactique, entre deux trêves, fournit aux femmes de la cité plus de raisons qu'il n'en faut pour imaginer des vestes renforcées. Sualocin est habile pilote, mais sa bravoure l'expose souvent et son vaisseau n'a pas beaucoup de puissance de feu.

oeil-001

Lycaon s'en moque souvent, et Kaniculos, l'un des fils de Yilduz, et celui qui sûrement lui succèdera, a plusieurs fois proposé à Sualocin de prendre un autre appareil... Mais il aime ce petit engin souple et agile. Lycaon pourra, autant qu'il le voudra, dire qu'il est dépassé, et ricaner à propos de cet ancien astroport, dans la zone interdite, qui a explosé voilà cinquante ou soixante ans, et où on trouve des carcasses qui ressemblent beaucoup à cet appareil... Sualocin s'en moque. Cet engin est vieux, c'est possible, mais son père , son grand-père et lui-même y ont essayé leurs inventions pendant des décennies, avant de les adapter sur d'autres vaisseaux.

Cet appareil, qui n'a rien d'une épave, se nomme Pégase, parce que le grand-père de Sualocin, qui l'aimait particulièrement, a fait peindre sur ses flancs des ailes blanches et sur son avant une tête de cheval hennissante. Avec le temps, les quolibets que les ornements ont fait naître sont devenus le nom et la gloire de l'appareil, à tel point que sur le livre de bord, en plus gros caractères que le numéro d'immatriculation, la page de garde affiche ce sobriquet.

Il manque de puissance de feu, c'est certain, mais il a très exactement celle qui convient pour sa mobilité et ses boucliers magnétiques sont les plus puissants qui soient.

Capables, même, au besoin, de servir d'arme offensive.

corbeau

En remettant son casque, qui est tombé dans la secousse, Sualocin regarde le gigantesque vaisseau exploser sous le bouclier de sa petite sauterelle. Comme une noix sous un coup de marteau.

Le casque grésille. Le bouclier doit se re-stabiliser avant que la radio redevienne fonctionnelle. Les voyants de couleurs indiquent que plusieurs personnes essaient de le contacter, toutes faisant partie de « ses gens ».

Sualocin est à la tête d'une petite escadrille avec laquelle il faut compter. La bulle terraformée qui a explosé, voilà très exactement cinquante-six ans, était tenue par le roi Taygetos, son arrière-grand-père. C'était, comme beaucoup de cités spatiales ou semi-spatiales, une cité industrielle. Elle n'avait pas autant de secteurs agricoles que la cité de Yilduz, mais les échanges entre les deux bulles avaient fait d'elles les deux grands pôles de cette planète inhabitable et cependant habitée.

Au moment de l'explosion, l'un des fils de Taygetos était en voyage dans une cité-satellite, pour en rapporter des minerais rares. A son retour, il avait rassemblé les survivants et avait bâti dans la bulle du roi Yilduz quelque chose qui n'était qu'un bien pâle reflet de l'éclatante technologie de sa cité natale. Les vaisseaux qu'il avait construit, pourtant, s'étaient révélés si extraordinaires qu'on ne pouvait rester indifférent.

Il fallait admirer sans borne, ou détester de même.

*

Suite dans 3 semaines

Episode 3 = cliquer ICI.

Episode 1 = cliquer ICI.