balade-Bourgogne

Vieux dicton dijonnais... Dont je me suis longtemps demandé l'origine.

C'est en faisant ma Maitrise d'Histoire que j'ai compris.

Parce que... Y'a pas, l'explication donnée par "Proverbes et dictons de Bourgogne", selon laquelle il s'agirait d'un petit ruisseau qui déborde souvent, n'importe quel gamin étant venu regarder ledit ruisseau vous dira qu'elle pose un léger problème...

Oh ! Très léger... Rien de bien méchant...

Le Suzon est une rivière dont le lit est bien souvent à sec !

Au point que si vous y allez en été, il y a fort à parier que vous trouverez de l'herbe ou même de beaux cailloux blancs.

Notez bien... Cet hiver, il n'a pas débordé, mais a bien monté, quand même, le Suzon.

2011-10-05-a

Petite note en passant =
ces photos ont été prises le long de l'Ouche, après la décrue.
Le Suzon, bien qu'ayant monté,
n'a tout de même pas atteint de pareilles splendeurs !
Il faut dire que la crue de l'Ouche a été particulièrement remarquable...

Le Suzon... Ou la Suzon ? Car vous noterez que si le nom du cours d'eau a un genre sur la carte, il n'en a pas dans le dicton. 

Suzon, donc, a toujours été une demoiselle fort capricieuse, et avec sa compagne l'Ouche, tous les ans, elle se faisait une joie de fêter la fin de l'hiver en faisant craquer les passerelles, les ponts, les grilles placées sous les murailles, les roues des moulins, les biefs et les digues.

On en trouve la trace dans les archives médiévales...

C'est que les épaves, ça peut faire du vilain !

2011-10-05-b

Encore l'Ouche...
Je n'ai malheureusement pas de photos du Suzon dans Dijon "en eau".

Evidemment, la Chambre de Ville n'était pas ravie de la chose... Pensez ? Tous les ans, devoir faire l'inventaire des dégâts et les réparer au plus vite...

Une année, c'est la grille par laquelle le Suzon entre dans la ville qui... Heu, non, en fait, ça c'est même assez souvent. Une autre année, on renforce les digues dans la ville, un peu partout.

Petit truc franchement gaguesque mais qui n'a fait rire personne à l'époque, du moins de ceux qui étaient impliqués : un forgeron, ayant sa cave innondée, a ouvert pour la vider une petite porte que ladite cave avait donnant sur la rivière (sûrement pour pouvoir accéder à une barque). Que n'avait-il pas fait là, le pauvre homme ! En vertu des interdictions répétées maintes et maintes fois de déverser ses eaux sales dans le Suzon, il se vit infliger une amende (contre laquelle il protesta mais j'ignore s'il eut gain de cause)

Et l'Ouche, dans tout ça ?

2011-10-05-c

Ben...

Mis à part que, ci-dessus, elle a trouvé le moyen de s'approprier un joli banc en bois... Au Moyen-Age, son cours est strictement hors-la-ville. Elle alimente les douves, qu'elle touche au sud de la ville, à peu près au niveau du faubourg  qui héberge la léproserie et à partir du milieu du XV° les tanneries (transportées là milieu XV°, après la peste).

Arrivant par le même côté que l'Ouche, le Raine entrait, lui, dans la ville, mais ses crues ne dépendaient  pas de la chambre de ville, du moins pour une grande partie de son cours, car il traverse les terres de la très puissante abbaye Saint Bénigne (aujourd'hui la cathédrale).

"Raine courrait sur Suzon" (jolie formule, n'est-il pas????) au niveau de l'actuelle Place Zola, mais la Place du Morismont était beaucoup plus large. Grand triangle imbatissable car innondable, l'endroit accueillait certains marchés aux bestiaux (pas tous, le couvent des Cordeliers, tout proche, ayant protesté contre les nuisances occasionnées), des jardins et des moulins (il faut bien rentabiliser l'eau !).

Mais Suzon était alors fort coquette... Et se laissait désirer en été.

D'une certaine façon, avec l'âge, elle s'est améliorée. Ses humeurs sont moins vives !

Ca n'est pas le résultat de la volonté de la réguler qui hantait l'esprit des échevins... Mais le résultat est là: Suzon ne risque plus tellement de noyer Dijon !

Quand au Raine, presque entièrement recouvert, comme le Suzon, il n'en reste plus qu'un petit bout de ruisseau clair et vif, avec des canards dessus, dans le jardin de l'Arquebuse.

*

 Photos prises le 13 février 2011 (au bord de l'Ouche).