fau_flo_sylvestre

La guerre est chose très présente dans les anciennes civilisations... Même si elle n'a pas grand-chose à voir avec celles qui se font de nos jours. De ce fait, les guerriers y avaient également une grande importance, ou plus exactement, les hommes capables de se battre efficacement, car le guerrier professionnel n'est pas une généralité et même, par logique, n'apparait que lorsqu'il est possible de laisser à une partie du groupe le loisir de s'entraîner au combat... Que ça soit pour se défendre contre les attaques du groupe voisin ou pour attaquer.

Le loup et le chien, dans l'univers celte, ont l'un et l'autre des liens avec la guerre.

Mais ce sont des figures très différentes.

Faisons, voulez-vous, un petit détour par la cour du roi Arthur ... Nous y trouverons, bien sûr, l'ours, en la personne du roi (Art, Artus, Arthur). A ses côtés, le sénéchal Keu, Caius, le chien (qu'est-ce qu'il fiche près de l'ours, ce clébard?). Pas bien loin, peut-être, on trouvera le faucon, en la personne de Gauvain (mazette, quelle animalerie!). Et pour finir, discutant avec Merlin ou bien empêtré dans ses plumes et flacons d'encres, Blaise, ou plutôt Bleiz, c'est à dire le loup (mais l'est pas tout jeune vu que c'est lui qui a baptisé Merlin).

Ah oui... Ca change d'Ysengrin, hein ? Encore que depuis Camaalot, on peut se demander... Bon, c'est pas tout, ça. On fera le détail de la cour du roi-ours une autre fois. Attachons-nous seulement au sénéchal. C'est à dire au chien.

Keu n'est pas l'élément le plus reluisant de la cour, il faut bien l'avouer. En fait, je me souviens qu'à l'époque de mon adolescence, quand j'ai commencé à lire du médiéval, ça m'avait même choquée. Ce type est carrément odieux. Il est certes, habile aux armes et courageux, nul ne dit le contraire, mais il est orgueilleux, méprisant, toujours à l'affût d'une moquerie qu'il puisse lâcher bien haut à l'endroit de chevaliers plus renommés que lui, ou de meilleure naissance, cruel, jaloux ... Le fait qu'il aient grandi avec Arthur ne lui autorise pas tout, quand même ! Et la reine, parfois, le met en garde qu'il ne finisse par aller trop loin. On peut se demander pourquoi Artus s'encombre d'un sénéchal aussi doué pour se faire détester de toute la cour... Mais il peut être bon d'ajouter au portrait que Keu est fidèle, fidèle comme le sont les chiens à leurs maîtres.

En fait, il possède toutes les qualités et tous les défauts de l'animal.

Pour ce qui est du loup... Non, nous n'allons pas déranger Blaise dans sa conversation avec Merlin. Nous allons simplement rejoindre Cuchulain ("le chien de Culain") sur le champ de bataille. Passons les détails... La Morrigan se présente à lui sous la forme d'une louve (4° des 5 apparences sous lesquelles elle se manifeste à lui). Ca devient un peu chien et loup, cette histoire... Mais Cuchulainn, contrairement à Keu, ne sert pas un maître. Il est le héros d'un peuple, mais au fond, assez "électron libre". Il est d'ailleurs fils de Lug.

La question de savoir si Lug est vraiment associé au loup ou bien si l'association s'est faite avec l'assimilation à des divinités gréco-romaines, de façon tardive, pose problème, pourtant, ici, le shéma semble correspondre. Fils de lug, Cuchulainn serait peut-être un peu loup... Or sa première rencontre avec la Morrigan (pas sous forme de louve cette fois-là) est du genre "tu me plais, tu sais?"

Sacrebleu ! Est-ce que par hasard on aurait là un loup déguisé en chien ? Je n'ose y songer...

Si on ajoute à tout ça ses fureurs guerrières qui feraient fuir un loup-garou...

Ben... Heu...

Ben en fait, pas grand-chose, là. 

Le berserkr, ce terrible "guerrier fou", est surtout attesté dans le monde scandinave et germanique. On ne sait pas bien d'où lui vient son nom. Peut-être de "chemises" en peau d'ours. Des écrits antiques évoquent des guerriers gaulois combattant nus, mais on ignore si c'était en des circonstances particulières ou bien si c'était le fait de certains combattants particuliers. Dans ce dernier cas, oui, peut-être peut-on parler de berserker...

Mais si j'évoque ces guerriers c'est à cause d'un détail évoqué par Michel Pastoureau dans l'Ours, Histoire d'un roi déchu... Là, si vous avez invité Obélix à jouer aux Pokémons, éloignez-le de l'écran, SVP. Non, ça n'est pas la recette ultra-compliquée de Panoramix, mais les effets sont sensés être les mêmes. Par contre, il n'y a pas plusieurs arômes (la potion magique, si, à ce qu'il parait) et je crains qu'il y aie des petits soucis de conservation (alors que, comme chacun sait, la potion se met en gourde sans peine). Le secret des berserker, donc ? Du sang d'ours. Oui ma brave dame.

Non, ceci n'est pas un article sur les vampires.

Oui, j'ai bien dit "du sang".

Etant donné les qualités attribuées à l'ours, on ne s'en étonnera pas... Etant donné celles attribuées au loup et au chien, on peut se poser des questions... D'autant que le loup figurait au menu gaulois. 

Tout ça devenant bigrement embrouillé, je vous laisse faire votre petite cuisine avec, hein ?