fau_flo_cornes

Le 14 et le 15 février, ou plus exactement, le jour et la veille des Ides de Février,  se fêtaient dans la Rome Antique les Lupercaliae, ou Februaliae. Le mois était lustral, et tenait son nom du verbe "februare" (purifier). Les ides de février (le 15 février) sont à placer à la Nouvelle Lune. Juste pour information, en cette année 2011, la lune est Pleine le 18 février, et Nouvelle (absente) le 3 février et le 4 mars. Tirez-en les conclusions que vous voudrez !

D'après Plutarque, le nom de "Lupercales" signifie "fête du loup", et il serait sympathique de le suivre sur cette signification (qui pourrait faire une assez jolie suite à mon article sur les hommes-loups du Péloponèse) mais Faunus Lupercus est aussi traduit comme "celui qui éloigne les loups". Pas de bol...

Un peu comme le dieu Baal qui portait le charmant titre de "seigneur des mouches" parce qu'il les éloignait. Encore un dieu du printemps, cui-là, d'ailleurs... Mais c'est une autre histoire.

On dit aussi que Romulus et Remus auraient fondé cette fête en hommage à leur louve nourricière... Mouais... Je crois plutôt qu'elle existait dans les peuplades du latium avant même l'existence de Rome ! D'ailleurs, la représentation de Faunus Lupercus est assez éloignée du loup : il tiendrait plutôt du bouc. Bon, d'accord. Chipotons pas. Si ça tombe, il est métamorphe, ce dieu, en plus. Ben quoi ? Ca serait pas le premier...

On sacrifiait à Faunus Lupercus des chiens, des chèvres et des boucs. En sa qualité de protecteur des troupeaux, dispensateur de fertilité et de santé c'était assez normal et cela n'a rien pour surprendre. Les rituels qui faisaient suite peuvent sembler plus étonnants à nos esprits modernes, souvent un peu sensibles. Vous trouverez sur ce site une description de la fête... Mais pour faire bref, retenez qu'on passe par un rituel étrange que l'auteur de la page à laquelle je vous renvoie interprète comme un simulacre de sacrifice humain avec accession à une nature divine ou à une nouvelle vie. Je lui reproche juste de ne pas assez insister sur cet aspect resurrectionnel qui me semble important pour une fête de fin d'hiver. Pourquoi deux jeunes gens servent-ils à ce rituel plutôt qu'un seul ? Ca, c'est une colle... Référence à Romulus et Remus ?

(En fait, bien que des revues soient citées en source, j'aimerais assez savoir quels sont les auteurs antiques qui ont servi à ces revues = chrétiens, païens ? Les lupercales ont fait du bruit, au V° siècle...)

Petit point de détail qui peut avoir son importance : Februarius, aux origines de Rome, n'existait pas... Non plus que Januarius, d'ailleurs. On peut donc présumer que les lustrations, à une époque, se sont effectuées au mois de Mars. A tout seigneur, tout honneur ! Mars n'est-il pas le père de Romulus et Remus, l'ancêtre direct du fondateur de Rome ? Le deuxième mois de l'année, en ce temps-là, était Aprilius, mois de Venus (Aphrodite), mère d'Enée, ancêtre un peu plus lointain.

 

Ah oui... Pour la St Valentin, quand même le mois de Vénus, ça aurait eu meilleure allure que le mois des purifications. Ne vous en faites pas... Si votre Dulcinée n'aime pas votre bouquet, ça vous laisse tout le mois de Mars pour la reconquérir.

Car à l'évidence, puisque les lupercales sont un rite ancien et que les mois de janvier et de février, eux, ne datent pas des origines de Rome, il faut supposer qu'à une époque, elles tombaient au mois de Mars. Lequel était, n'est-ce pas, le premier de l'année...

Remarquez... On est au 2° mois, là...

 

L'année se terminait-elle déjà par les saturnales ? Si tel est le cas, il faut penser qu'on voyait se succéder, à rythme rapide, deux fêtes de bouleversement des valeurs. L'une au nom de la fin de l'année, l'autre au nom du renouveau du printemps. Il y a une logique certaine là-dedans... Mais avec l'introduction de deux mois supplémentaires s'introduit aussi un décalage.... Oui, je sais, y'avait qu'à calculer le calendrier un peu mieux au départ, y z'auraient pas eu à y rajouter des mois. En plus, z'avaient qu'à faire leur recollage pile au printemps et garder mars au début. En tous cas, nous voilà avec une année qui débute en janvier, mois du dieux aux deux visages, et non en mars, et une St Valentin ou bien des lupercales en février, mois des purifications. Alors que les saturnales tombent en décembre ! Y'a de la distance. On a le temps de digérer, désormais, et de se reposer entre deux fêtes...

Reste bien sûr l'hypothèse que les deux fêtes aient pu n'en faire qu'en seule ... Mais je n'ose tirailler le calendrier à ce point.

Quoiqueuuuuuuuuuuh ???

Heu... J'hésite à finir mon article sur les lupercales. Si j'entre dans le détail du rituel, ça va devenir un peu gore, et en plus j'ai peur de faire éclater les petits coeurs roses qui sont en train de flotter romantiquement autour de vos têtes depuis une paire de lignes (saison oblige).

Et puisn comme il est bien assez connu que la peau des bêtes sacrifiées lors des lupercales servait à faire des fouets rituels qui portaient bonheur à ceux qui en étaient touchés. Les femmes, surtout, recherchaient les bienfaits de Faunus Lupercus, soit pour favoriser la naissance attendue si elles étaient enceintes, soit pour lutter contre la stérilité, éventuellement pour améliorer leur lait quand elles nourrissaient un bébé. Je blablaterai sur la question une autre fois...

*

Sur le thème de la St Valentin, vous trouverez aussi, sur ce bloog, Ourson et Valentin.

*

 

 

GIF animés = merci google...