Petites méditations sur la

Le "Corps sans Tête" remonte aux traditions celtes.

Cette étrange créature (et encore plus étrange du fait qu'elle a, en fait, une tête) entre dans la catégorie des monstres errants dans la nuit et qu'il est dangereux de croiser sur son chemin.
Selon certains, le Corps Sans Tête serait unique et serait né d'une sirène violentée (ou séduite puis abandonnée) par un loup-garou. Dans tous les cas, il se reconnaît de loin à sa tête très ronde et au fait qu'il marche sans but. On peut assez aisément le comparer à l'image qu'on a de nos jours des zombies, car finalement, cet être erre en but de ce qui lui manque: une âme.

Quittons les légendes celtes et les traditions transmises rendues floues par les siècles et la christinisation qui est passée sur les populations des régions de la zone "celtique", pour l'est de l'Europe (celtique aussi, à une époque, d'ailleurs...) et le XVI° siècle.
Trois croyances, alors, s'y cotoient, qui, à la fin du XVII°, se seront fondues pour n'en faire plus qu'une.
- Les vrykolakas ou broucolaques,  sortes de fantômes, âmes en peine échapées de leurs sépultures, défunts morts en état d'excommunication et qui sont, en général rendus à la paix par une simple réintégration en la communauté chrétienne.
- Les lycanthropes ou loup-garou, humains capables de communiquer avec les loups et d'en prendre l'apparence. Réputés avoir de grands appétits sexuels et être très violents (donc facilement accusés de bien des choses). Soupçonnés facilement aussi de sorcellerie, mais pas automatiquement. Le mythe est entretenu par l'existence de personnes qu'une maladie héréditaire fait avoir une pilosité  hyperdévellopée.
- Les "prédateurs", créatures qui aspirent la vie (et le sang) non pas en mordant pour sucer le sang mais à travers la peau ou même à distance. On peut les associer aux "masticateurs", apparus en différents endroits d'Europe depuis le XIV° (étrangement partout là où passe la peste), et aux "cadavres suceurs" apparus en Angleterre au XI° (encore des histoire d'excommuniés comme les vrykolakas, mais avec ceux-là, le seul remède était la destruction du corps par le feu)
*

Comme le "prédateur", "le Corps Sans Tête" aspire l'essence vitale... Ou plus exactement, l'âme, qu'il n'a pas. Car il n'a pas besoin d'aspirer la vie, étant lui-même immortel. En cela, il diffère grandement du vampire.
Est-ce que le "Corps sans Tête" (je traduirais plutôt "Corps Sans Ame") a un défaut à sa cuirasse ? Je n'en ai jamais trouvé mention nulle part, mais il est vrai que le mythe est assez peu connu, comme bien des mythes anciens.
S'il n'en a pas, il n'en est que plus dangereux... Mais ne tremblez pas trop, quand même, car il est unique et le mythe ne fait pas non plus mention de la possibilité d'une contagion.
*
Il en va autrement des "cadavres suceurs" du XI°, des "masticateurs" du XIV° et des "prédateurs" du XVI°. Ceux-là sont des dévoreurs avides à qui il faut des victimes fréquentes et qui, de plus, semblent de reproduire, puisqu'on en voit de véritables épidémies.

Il sont, en cela, très semblables aux vampires de certaines légendes de la fin du Moyen-Age (origines du mythe). Dans ces versions, point de crocs, ni de morsure, ni même de succion du sang. Le vampire dévore l'âme de sa victime à distance, ce qui le rend encore plus redoutable. Comment, en effet, échapper à un monstre qui peut vous tuer sans même se lever de sa tombe ?
Quand au broucolaque,, en sa qualité d'âme errante sortie de la tombe pour attaquer les vivants et boire leur sang, il tient une position intermédiaire entre le fantôme, le vampire et le loup-garou et porte en lui pas mal d'éléments du mythe vampiresque actuel.

 

Pleine Lune = 2 novembre

Nouvelle Lune = 16 novembre