Petites méditations sur la 

sucell01 Je présente ici un "dieu au maillet", figure assez importante de l'imagerie religieuse gallo-romaine. Le récipient, toujours présent, est parfois petit (c'est le cas ici), parfois grand et peut aussi bien être un tonneau (plutôt au nord de la Gaule) qu'une amphore (plutôt au sud). parfois ce dieu se nomme Jupiter-Sucellus (au nord), parfois c'est Jupiter-Silvanus (au sud et en Italie). Contrairement à la plupart des dieux gallo-romains, il n'a pas de parèdre (c'est un dieu célibataire, avis aux nymphes et déités à marier qui passeraient dans le coin). Toujours armé d'un maillet, l'hypothèse qu'il aie été patron des tonneliers et pour cela, très populaire dans un pays dont l'activité économique dépendait pour beaucoup de l'import-export des denrées alimentaires a été avancée, et par (longue, je trouve) extension, cet aspect unificateur aidant, assimilé au dieu romain personnifiant le pouvoir (Jupiter).

Elle ne me convainc pas sur tous les points, je l'avoue, cette hypothèse... Même si elle n'est pas incompatible avec l'idée que j'ai, moi. Vous l'aurez déjà compris, si j'ai évoqué ici le Dieu au Maillet, c'est que j'y vois, pour ma part, ce dieu que les sagas irlandaises (par où la mythologie celte nous est parvenue moins christianisée et moins romanisée qu'ailleurs en Europe) nomment "Dagda".

Qu'est-ce, au juste, que le Dagda ?

Prenons d'abord deux frères, aussi distincts et indissociables l'un de l'autre que peuvent l'être l'ombre et la lumière.

Prenons ensuite l'aîné de ces deux frères, qui est, parce qu l'âge mûr est celui de la sagesse, un dieu calme et serein. Vêtu de rouge, couleur, ses attributs sont la harpe des bardes, un chaudron (ou le tonneau) empli d'une boisson merveilleuse qui donne le don de clairvoyance, le chêne, son arbre "totémique", le porc (ou le sanglier) qui creuse la boue pour trouver les fruits dont il se nourrit. S'il est amené quelque jour à se battre, on le verra empoigner un grand bois, ou un maillet. Il ne fait pas bon, alors se trouver devant lui, car il frappe vite et fort comme la foudre.

Le Dagda, c'est le  premier de tous les dieux, et pourtant, pas vraiment leur roi. Si ça n'était pas aussi étrange, comme concept, je dirais volontiers qu'il est un dieu-druide... Ca fait bizarre, comme idée, hein ? Attendez, ne sortez pas, je m'explique.

Mais ça va être un peu long.

Tout d'abord, il faut oublier l'idée que "druide = prêtre". Ca n'est pas si simple que ça. Le rôle principal du druide n'est pas chez les celtes, comme à Rome ou en Grèce, de veiller aux bons rapports des hommes avec les dieux. Rôle qui, au fond, n'est pas très éloigné de celui du prêtre chrétien...

Le druide est cela, celte... Heu, certes. Mais il est avant tout "celui qui sait" (deux bardes de légende se nomment Gwydion, qui a ce sens : "celui qui sait"). Terme qu'il faut comprendre, peut-être comme "celui qui sait avant tout ce qu'il ne sait pas", ou bien comme "celui qui perçoit les choses en leur entier". Le druide est celui qui a peut-être croisé sur son chemin la "Truie Blanche"  (la Sagesse), celle qu'on ne trouve que si on ne la cherche pas...

Le statut ne s'obtient pas du jour au lendemain, mais en dix étapes successives au cours desquelles l'élève se voit accorder ou refuser le passage au stade supérieur... Jusqu'à, finalement, celui de druide, qui fera de lui un individu plus puissant que les rois eux-mêmes, à qui nul ne peut s'opposer sans se couvrir de honte devant l'assemblée présente et sans voir, de plus, tous les bardes du pays aller le répéter en tous lieux.

Cela peut sembler abusif de donner tant d'importance à un homme qui n'a pas été élu, n'est pas forcément de haute naissance (même si à la fin de l'époque celte les familles princières s'approprient, semble-t-il, le pouvoir druidique) et qui n'a, de droit, aucun rôle politique officiel (même s'il peut en avoir aussi, en plus de ses fonctions de conseiller). Mais la raison d'être du druide est que, par sa sagesse, il est garant de l'unité dans l'assemblée.

Par le breuvage dont il est gardien et par la harpe, les hommes s'écoutent dans l'harmonie.

Et c'est ici, je crois, qu'on retroure le tonneau et le maillet, car parfois, c'est son frère, le dieu guerrier Mider, qui l'emporte. Le maillet peut, alors, être une arme au combat, mais une arme étrange, inhabituelle... Et quand le chaudron est remplacé par un tonneau, objet composite, comment ne pas y voir trace de l'action unificatrice du dieu sage?

*

Je note aussi, ici, que les gaulois (le Dagda est une divinité irlandaise, non de Gaule) se référaient, si on en croit les écrits romains, à un "Dispater" dont ils se disaient tous issus et qui aurait été père de tous les dieux. Une formulation grandiose qui, dans le panthéon gréco-romain, fait penser à Cybèle, mère de tous les dieux et à la place de premier ordre de Zeus-Jupiter. Ce "Dispater" est-il l'équivalent gaulois du Dagda et un autre nom au dieu au maillet ?

Possible que oui et possible que non.

Au point où j'en suis, "l'Indifférencié" aussi peut prétendre à ce titre... Ou pas ?

*

*

*

Certains se sont étonnés de voir Jupiter identifié à Silvanus, divinité forestière d'importance très réduite au niveau cosmique, sans aucun rapport avec celle du grand dieu olympien. On a voulu y voir la trace d'un "Jupiter des esclaves" par opposition à celui du pouvoir. C'est possible, mais ce qui me semble certain c'est qu'il était impossible de ne pas identifier le "Dieu au Maillet", très sage mais non moins très fort, à Jupiter, le dieu au foudre qui règne sur tout ce qui est sous le ciel, laissant à ses frères ce qui est sous les eaux et sous la terre.

Je dois dire que je m'étonne surtout, moi, de ce que le "dieu au maillet" devienne au sud "Jupiter Silvanus" = ou bien je me trompe, ou bien "Silvanus", c'est un nom latin. Je ne vois pas, ici, la transformation d'un dieu local en épithète de dieu romain. C'est plus compliqué, encore...

Mider, quand à lui, est un dieu "du monde du dessous" comme Dagda est un dieu "du monde du dessus".

Mais on en parlera une autre fois.

Je reviendrai aussi sur la position du Dagda et le fait qu'il soit le plus âgé des deux.

Pas de date définie pour cet article, encore.

*

Autre "dieu frappeur" et néanmoins bénéfique = Esus (également lié à la forêt, mais pas au rouge).

Pas d'article prévu sur lui dans l'immédiat.

*

Autre dieu-foudre, et associé comme le Dagda à Eithne : Lug.

Pas d'article prévu sur lui dans l'immédiat

*

Voir aussi, sur ce blog, les articles 

- St Nicolas .

- le Graal .

- le harpiste et sa harpe .

- la triple Eithne.

- la pomme et le chêne .

- Chaudron, tonneau et contenu (30-05-09)

Ouais... J'abuse, de vous présenter des dates d'articles pas encore parus !

Et ça, surtout que je suis, en plus, fichue de changer les dates en question...

Je mettrai des liens quand ils seront sortis... Au début, je n'avais pas prévu cet article à cet date, mais il m'a semblé que son existence faciliterait grandement pas mal d'explications.

Photo du dieu au maillet = "A la rencontre des dieux gaulois, un défi à César"