Texte-contes-racontent

Bandit de profession, un homme, mourrant et craignant le diabble, demanda à son fils de faire le guet près de sa tombe, trois nuits durant.

C'est déjà bien assez que de mourir de maladie, à qui a passé sa vie à courrir les chemins.

Image hébergée par servimg.com

Voilà donc le fils du bandit (bandit lui-même) qui s'installe avec son grand couteau sous son manteau, près de la tombe fraîchement creusée et qu'on avait pas encore fini de reboucher.

Le fossoyeur, le voyant assis là, s'inquiète, et vient s'asseoir sur une tombe toute proche, sa pelle près de lui. On ne sait jamais. Cet homme est peut-être un sorcier venu déterrer le cadavre ?

Et voilà le soir qui s'avance sur lui, et avec le soir, voilà qu'arrive à grands pas, tout rouge et tout noir, comme brûlant de feu et de braises, le diable en personne.

-"Ecarte-toi, l'ami. Celui qui est là m'appartient. Je viens le prendre.

-Je ne m'écarterai pas.

-Ecarte-toi, ou je te brûle là où tu es.

-Je suis passé par l'église aujourd'hui."

Le diable réfléchit un peu.

Le fossoyeur s'approche.

-"Vas chercher de l'or. Assez pour en remplir la botte de ce jeune homme. Ensuite, il s'en ira."

Image hébergée par servimg.com

Le fils du bandit ne comprend pas tout de suite, mais quelque chose lui dit, quand le diable lui demande si ce marché lui convient, qu'il doit accepter. Voilà donc le diable qui s'en va.

Bien vite, le fossoyeur fait ôter au jeune homme une de ses bottes et, lui prenant son grand couteau avec lequel il menace les voyageurs, il décloue la semelle. Ceci fait, il dépose la botte sur le bord de la tombe du vieux bandit, et les voilà qui s'installent tous les deux à côté.

Le diable revient bien vite, un sac énorme sur le dos.

-"Il est bien petit ce sac... Ce garçon a de grands pieds, tu sais ?"

Et en effet, le diable a beau verser, la botte ne se remplit pas.

-"Je reviendrai la nuit prochaine, avec un sac plus grand." promet-t-il.

Ainsi fait le diable... Mais aussi grand que soit le sac, il ne remplit toujours pas la botte.

La troisième nuit, le fils du bandit et le fossoyeur ont attendu, comme la veille, en jouant aux dés et en pique-niquant. Ils ont attendu longtemps, d'ailleurs. Le diable arrive enfin, écrasé par le poids de deux énormes sacs qu'il se met en devoir de déverser dans la botte.

Mais la botte n'est toujours pas remplie.

-"Décidément, tu as de très grands pieds..."

Au matin, le fossoyeur récupère l'or et le donne au fils du bandit, qui lui en propose la moitié.

-"C'est à toi.

-Alors, quand j'aurai fait bâtir une maison, accepte d'y venir"

Image hébergée par servimg.com

*

Rappel de l'article précédent = la nuit du 25 au 26 octobre est la première des 15 nuits de Samain.

Joyeux Samain, et surtout, faites attention aux fantômes !

*

Inspiré d'un conte breton

*

Prochain conte le 1° novembre (comment ça "déjà?")

*

Coloriages sur l'articles "Allo Ouigne?"

*

*

Secteur contes, sur le site

*