Texte-contes-racontent

Il y avait en ce temps-là et dans ce village-là, ou plus exactement, dans une vieille demeure un peu à l'écart du village, un magicien qu'on disait être très puissant.

Comme tous les magiciens, celui-là avait un apprenti et comme tous les apprentis de magiciens, celui-là était fort curieux et parfois un peu étourdi.

Sans cela, vous vous en doutez, il n'y aurait plus matière à raconter la plus petite histoire.

Or, il a une histoire à raconter, de ce magicien et de cet apprenti, car ce magicien avait donné ordre à son apprenti de ne jamais toucher aux livres de l'une de ses étagères, sinon pour en ôter la poussière.

Encore préférait-il être présent quand ce nettoyage était effectué.

C'étaient pourtant de fort beaux livres que ceux de cette étagère si spéciale, certains très vieux, d'autres moins, et tous portant des ferrures ouvragées sur leurs reliure de cuir teinté de vives couleurs ou bien d'un noir intense. L'apprenti, quand il les nettoyait, avait grande envie de savoir ce qui était dedans, mais du peu qu'on voyait écrit sur la reliure, il ne comprenait rien, ce qui ne faisait qu'exciter encore sa curiosité.

Image hébergée par servimg.com

La curiosité est un vilain défaut, diront certains, mais pour l'apprenti d'un magicien, c'est une grande qualité et sûrement, si ce garsçon-là n'avait pas été curieux de tout, le vieil homme ne l'aurait pas pris pour lui enseigner.

Image hébergée par servimg.com

Toujours est-il que ces livres, à lui interdits et jamais lus par son maître, intrigaient tellement fort l'apprenti qu'un jour où il avait été seul avec eux, il en tira un de l'étagère et alla le cacher dans la remise à bois, avec l'intention de le lire plus tard.

Le magicien se rendait souvent au village. L'occasion se présenta donc assez vite. L'apprenti prit le livre et comme il faisait beau, alla s'asseoir sur les rochers, face à la mer, pour le lire tranquillement. Le vieux n'avait pas le pied assez leste pour venir l'y chercher.

Passionné par sa lecture, le jeune garçon ne vit pas le ciel se couvrir.

Image hébergée par servimg.com

Il ne se rendit pas compte que les mouettes avaient cessé de crier et étaient allées se cacher.

Non plus qu'il ne vit les eaux blanchir et se soulever.

Ou même qu'il ne les entendit rugir.

Par contre, il entendit soudain la voix du vieux magicien qui l'appelait. Levant les yeux du livre, il le vit qui dégringolait vers lui, sautant de rocher en rocher, sa canne brandie au-dessus de lui et criant pour se faire entendre au-delà de la mer en colère.

Terrorisé, l'apprenti jeta le livre, sans encore bien se rendre compte de la tempête au milieu de laquelle il se trouvait, et se mit à courir vers la plage, poursuivi par le vieux qui le rattrappa très vite et l'aggripa.

- "Où est le livre? A quelle page étais-tu ?"

Image hébergée par servimg.com

Deux questions dont l'apprenti ne savait pas la réponse.

Il désigna les rochers où il avait jeté le grimoire et que les vagues attaquaient.

Image hébergée par servimg.com

Lâchant son apprenti, le magicien se mit à proférer des formules pour écarter l'eau et à escalader les rochers détrempés, tant et si bien que le jeune garçon, qui s'éloignait par le chemin des pêcheurs, le vit ramasser le livre.

Il crut alors que le vieil homme allait rentrer chez lui par le sentier des rochers, mais point du tout. Le magicien resta là, sur les rochers, à feuilleter le livre.

Quand la tempête retomba, la nuit était venue et on remit à plus tard de chercher le vieux.

On ne le retrouva jamais.

On ne retrouva jamais le livre non plus.

 

 

 

*

*

*

Inspiré d'un conte lu il y a très longtemps... Sais plus où.

Les contes vivent au fil des conteurs.

*

Prochain conte le 25... Mais d'ici-là, la fête continue sur le blog !

Image hébergée par servimg.com C'est juste un petit détail, mais... Si tu passes dans le coin, Luc: Bonne Fête !

 

 

*

Photo prise par ma mère... Moi guettée par des monstres volants.

*

<

*

Coloriages sur l'articles "Allo Ouigne?"

*

 

 

 

*